JE NE SUIS QU'UNE OMBRE



C'est étrange comme sensation, mais j'ai construit ma vie avec ce sentiment que personne ne me voit, aucun regard quand je traverse les rues de Perpignan, aucune excuse quand on me marche sur les pieds, pour être le premier au guichet. Pas de sourire quand je cède bien volontiers ma place à ce même guichet. Je vis sans être vu, alors du coup je n'ai plus vu. Je n'ai plus vu à cause des murs que j'ai moi-même érigés, je n'ai plus vu que je m'enfermais et que les sourires et les mains tendus qu'on m'offraient n'arrivait jamais jusqu'à ma tour de Babel. En bref, il y avait moi... les autres; ceux qui élèvent des murs, des murs de faux-semblant qui nous empêchent de communiquer, de témoigner.Des murs faits pour nous ménager, qui en fait nous menaçaient, pour finir par nous menotter.Des murs comme par exemple, ce mur construit autour des quartiers Tziganes en République tchèque. Ce nouveau mur de la HONTE , depuis peu tombé mais qui est un parfait exemple de comment on traite les minorités en Europe et ce peu de respect qu'on a tous, envers leurs modes de vie ancestraux. Ou ces murs décidément très épais, dans les prisons françaises, des prisons qui enregistrent l'un des taux de suicide les plus hauts d'Europe; avec ce détenu mort quinze jours avant sa libération déclaré: SUICIDE ...( et l'accent ils l'ont pas oublié par hasard!!) Et encore ces murs que les Russes élèvent autour de la Tchétchénie, pour une soi-disant lutte contre le terrorisme mais qui cache bien mal ce flot de 200 000 Réfugiés entassés dans les montagnes du Dagestan voisin. Mais tout ceci je ne le voyais pas; jusqu'au jour où, étouffant dans ces cloisons opaques j'ai décidé de revêtir ma panoplie de DEMOLITION MAN , et ainsi, rassuré par les commémorations des 10 ans de la chute du mur de Berlin, j'ai commencé à casser du mur, puis par les brèches, j'ai vu tous ces gens qui n'attendaient qu'un geste de moi pour me montrer que oui, je resterai une ombre pour tous ceux qui n'ont pas cassé leur mur mais pour tous les autres, oui pour tous les autres J'EXISTE . Alors si vous croisez une personne dans la rue qui a besoin d'aide, de temps ou juste d'un sourire et bien pensez à moi, pensez à tous ceux qui en ont marre d'être des ombres.
REGARDEZ-LA



-décembre 1999-


retour à la page de présentation